Les arbres, bien plus qu’une usine à oxygène.

Vous souvenez vous des expériences de laborantins en herbe de votre enfance ?  Un haricot délicatement disposé dans le coton humide d’un bocal, germe au fil des jours et se transforme en une plante majestueuse avec pour seule nourriture, l’eau dont on abreuve ses racines et la lumière naturelle. 

C’est l’expérience excitante que je viens de revivre avec mon fils Younès, et qui vient me replonger dans de lointains souvenirs. Chaque matin, nous prenons quelques minutes pour observer les changements visibles qui se sont opérés dans la nuit avec attention. L’étonnement, la joie et l’admiration qui se lisent sur son visage, chaque jour, m’ont poussés à la réflexion.

Comment se déroule l’évolution intérieure d’une plante ou d’un arbre ? Au fil de mes recherches, je suis tombé sur des éléments fascinants. 

 

Les forêts sont organisées en sociétés.

Depuis fin 2017, nous vivons dans une petite ville du sud-est de la France, située entre le Jura et les Alpes. Un endroit que nous apprécions tout particulièrement pour ses panoramas à couper le souffle, ses grands espaces, ses montagnes majestueuses et des forêts qui s’étendent sur des kilomètres.

Les arbres sont des être qui s’adaptent à leur environnement. On le voit en ville où les racines repoussent les limites des constructions, en s’enroulant parfois autour des tuyaux des canalisations pour y puiser des ressources. Ou encore dans les montagnes, où les arbres défient les lois de la gravité en poussant droits malgré les fortes pentes et les terrains accidentés. Pleinement conscient de leur propre corps, leur proprioception est hyper développée. Si bien que les arbres qui penchent naturellement se redressent par eux-mêmes en grandissant.

Selon une étude de l’Université de Vancouver, des “arbres mères”, centrales et imposantes, nourrissent et partagent des nutriments avec ceux qui en ont le plus besoin. Les arbres communiquent donc sur de longues distances grâce à un réseau de feuilles mortes, de racines et de champignons. 

Ils échangent de la nourriture et des informations capitales pour leur survie – comme lorsqu’un animal mange des feuilles et devient une menace. L’arbre qui subit l’attaque envoie une impulsion électrique d’un centimètre par minute aux autres arbres, qui fabriquent ensuite un anticorps : un tanin amer qui rend les feuilles immangeables.

 

L’entraide, une nécessité.

La souche qui à des racines vivantes, livre l’eau qu’elle a absorbé dans le sol pour nourrir les arbres qui la maintienne, elle aussi en vie. “Ils ont une complexité et une perfection bouleversante. Une beauté fonctionnelle”, comme le rappelle Ernst Zürcher.

Ils semblent développer une forme d’intelligence (émotionnelle) exceptionnelle.

“La meilleure définition de l’intelligence serait la capacité à résoudre les problèmes”, indique Stefano Mancuso. Ils perçoivent. Analysent. Calculent. Se parlent, s’entraident et s’adaptent.

Un des grands bienfaits des arbres est la sécrétion de phytocides. Ce sont des éléments volatils invisibles qui émanent des aiguilles et des feuilles des arbres. Ils pénètrent par la peau et les voies respiratoires, et sont capables de renforcer nos défenses immunitaires.

Alors, pourquoi vous parler des arbres sur mon site ? Le parallèle entre les arbres et les humains semblent évident. Ils sont organisés en société. Ils vivent en communauté et développent des liens sociaux forts avec leurs semblables. Ils réagissent au danger. Ils s’entraident. Ils s’organisent et s’adaptent. Ils naissent, grandissent, vivent et puis meurent.

N’aurions-nous pas à apprendre de cette “société des arbres”, inclusive, structurée et bienveillante ? Tout comme les arbres, n’avons-nous pas des ressources insoupçonnées pour redresser des vies parfois tordues par les épreuves ? 

Wissame

 


Notes de bas de page —

1. “L’appel aux arbres” de Steven Artels avec Ernst Zürcher – Reportage diffusé sur RTS.
2. “Le Secret des Arbres”, de Raphaële Schapira et Vincent Barral – Reportage diffuse sur Envoyé Spécial, France 2 du 26 octobre 2019.
3. “Le Pin de Bristlecone Mathusalem”, article sur l’arbre le plus vieux du monde.
4. “Les arbres sont-ils vraiment intelligents”, article d’Anaïs Renevier sur TV5 Monde.
5. “La capacité d’adaptation des arbres à ses limites”, article de Peggy Sastre sur Slate.
6. “Prof. Suzanne Simard talks about ‘Mother Trees’”, article du Pr. Suzanne Simard de l’Université de Vancouver.

No Comments

Post a Comment

2 × 2 =