Se lever tôt sans alarme.

Temps de lecture : 3 minutes.

Il est 6 h 45 tapante lorsque le bus se présente à l’arrêt. Les seuls visages que je croise en montant sont ceux de personnes éreintées, au teint livide, dont les poches sous les yeux trahissent un état physique et émotionnel au bord de l’implosion. Nous sommes quelques téméraires à nous diriger ce matin vers le terminus de la ligne 6, autrement dit l’Université Picardie Jules Verne. La tension est palpable dans ce bus qui est habituellement chantant. Aujourd’hui, les seuls sons mélodieux audibles sont ceux des bâillements et des pages tournées frénétiquement. Je vis alors ma troisième année de fac et le mois de janvier rime avec les examens du premier semestre. Lorsque j’arrive à la bibliothèque une heure avant la première épreuve de la journée, Smaïl, mon meilleur ami, est déjà là. Très studieux, ses cahiers recouvrent la table à laquelle il semble s’être installé depuis un bon moment déjà. L’heure très matinale ne semble pas avoir d’incidence sur sa bonne humeur. Son état contraste avec le brouillard duquel je n’arrive toujours pas à émerger.

 

Se réveiller naturellement, chaque matin.

Au détour de notre conversation ce matin-là, il me fait une confidence étonnante. Chaque matin, il se lève vers cinq heures, sans radio-réveil, sans être alerté par la sonnerie de son téléphone et sans que personne ne vienne le tirer des bras de Morphée. Il n’en fallait pas plus pour aiguiser ma curiosité.

Je suis plutôt un lève tôt moi-même, mais son explication me semble être une douce utopie. Ce qui m’a véritablement fasciné dans son explication, c’est la confiance absolue qu’il plaçait en sa méthode. Il n’hésitait pas à l’utiliser lors d’évènements majeurs. Il n’a jamais manqué une seule épreuve, jamais un seul cours, jamais aucun rendez-vous ou aucun entretien d’embauche. Bluffant, n’est-ce pas ?

Alors, quel est son secret ? Est-ce que chacun peut, comme Smaïl, se lever tôt sans utiliser de radio-réveil ou d’alarmes et profiter des premières heures de la journée pour être productif ?

 

Le rythme circadien.

Vous avez certainement entendu parler des chronotypes qui sont la manifestation du rythme circadien de chacun. Le rythme circadien, c’est ce que l’on appelle plus communément l’horloge interne

On retrouve donc quatre chonotypes, détaillés en profondeur sur cette image et notamment les animaux totems qui les définissent. Pour connaitre votre rythme circadien, vous pouvez remplir le questionnaire de typologie circadienne, publié par Jim A Horne et Olov Östberg en 1976. Pour découvrir quel est votre animal totem/chronotype, vous pouvez faire ce test

“Les êtres humains, les insectes, les plantes et même certaines bactéries sont soumis à des horloges internes. Ces rythmes circadiens sont synchronisés sur le cycle naturel “clair-obscur” de notre environnement et nous aide à s’endormir comme à se réveiller “, explique Luciano Di Tacchio, professeur à l’Université du Kansas Medical Center.

Smaïl semble s’être tout simplement synchronisé avec son horloge interne. Tout comme lui, il faut trouver son propre rythme, se transformer en cobaye pour tester ce qui nous correspond le mieux. 

Si vous êtes encore là, vous vous demandez certainement encore quel est le secret de Smaïl pour se réveiller à la demande, n’est-ce pas ?  Son secret est simple : il boit un, voire deux verres d’eau le soir avant d’aller dormir et visualise l’heure à laquelle il voudrait se réveiller pendant quelques minutes. Tout simplement.

C’est la méthode que j’utilise moi-même depuis plusieurs années et qui m’a prouvée toute son efficacité. Entre l’horaire que je visualise et celui auquel je me reveille le lendemain matin, il n’y a, de manière générale un écart de dix ou quinze minutes. Fascinant, n’est-ce pas ?

À vos verres d’eau. Prêt. Dormez !

P.S. : Si cela ne fonctionne pas pour vous, vous pourrez toujours acheter un
coq.

Wissame