Comment on s’est rencontrés ?

Partagez l'article sur :
Temps de lecture — 3 minutes.

Lire l’article original en anglais.

Je sais. D’après ce titre complètement ringard, vous pensez qu’il s’agit de romance dont on va parler aujourd’hui. Pas du tout. Désolé, les romantiques. Pas aujourd’hui ! Enfin, pour être honnête, il s’agit bien d’une relation romantique… avec votre propre cerveau. Une relation d’amour et de haine avec votre propre mémoire.

Comment nous sommes-nous rencontrés ? J’ai ce sentiment étrange à chaque fois que je croise quelqu’un à qui je n’ai pas parlé depuis des mois. Quelqu’un que je connais depuis très longtemps, parfois aussi. Je me demande souvent « comment nous sommes-nous rencontrés ? ». Et très généralement, je reste sans réponse. Je m’efforce de trouver des liens. Il y en a toujours un. Un lieu. Une personne. Une situation. Mais la plupart du temps, aucun ne me vient à l’esprit, laissant la bulle de mystère grossir dangereusement. C’est un flou total dans mon cerveau. Il devient un endroit sombre, sans lumière. La définition du vide.

Comment nous sommes-nous rencontrés ? D’une simple question, elle devient alors une obsession qui peut durer quelques minutes ou quelques heures. Quelques jours même. J’essaie de creuser ma mémoire dans une recherche désespérée de miettes de pain pour indices. Je veux passer à autre chose, mais tout mystère non résolu devient une pensée compulsive si j’essaie de lâcher prise. Il me hante jour et nuit. J’ai besoin de réponses. J’ai besoin de réponses. J’ai besoin de réponses. Pour ma propre santé mentale. Pour celle des gens qui m’entourent.

C’est comme quand vous connaissez un mot, mais que vous pouvez le prononcer. Vous devenez une autre personne. Vous ne pouvez pas vous concentrer sur ce que l’autre personne dit. Soudain, vous devenez la personne idéale-super-concentrée que vous avez rêvé de devenir toute votre vie. Vous gloussez, vous bougez la tête dans tous les sens, vous vous grattez la tête et vous claquez des doigts de manière obsessionnelle. Vous tentez de laisser le mot sortir pour enfin réussir à le cracher. Mais ça n’arrive pas. Et vous n’y arriverez pas. Sauf si vous l’oubliez. Donc parfois, vous devez oublier pour vous souvenir. C’est absurde. Mais ça marche. De temps en temps.

Parfois, il faut savoir lâcher prise, pour que les choses s’arrangent et qu’on obtienne finalement ce qu’on voulait au départ. Quand je m’y attends le moins, les nuages disparaissent dans le ciel pour laisser le soleil briller. Une petite lumière jaillit dans ma tête. Je l’ai eu ! Je me souviens ! Mon cerveau se réveille enfin avec excitation. Je suis de nouveau en vie. La nostalgie peut maintenant libérer son poison. Tant d’années ont passé. Tant de choses se sont passées. Mais au moins, je ne souffre pas de… démence. Non. De Parkinson. Certainement pas. « Perte de mémoire soudaine ». Quel est le mot pour ça ? Je n’arrive pas à me souvenir du mot qui décrit la maladie pour les épisodes de perte de mémoire. C’est drôle ? Ça ne l’est pas. Pas du tout.

Au moins je peux chercher des mots-clés sur Google pour le trouver. « Perte soudaine – de – mémoire ». Appuyez sur ‘entrée’. Ah ! C’est là. Alzheimer. J’ai appris, par le passé, qu’on n’est jamais trop jeune pour être affecté par des maladies comme celle-ci. Mais je vais probablement oublier de me faire examiner. C’est reparti… Mais, qu’en est-il de la personne à laquelle j’ai pensé. Je devrais faire quelque chose maintenant que je me souviens où nous nous sommes rencontrés, non ? Va pour un message sur Facebook. Ce ne serait pas drôle si l’autre personne, après avoir vu mon message Facebook, commençait à se demander comment nous nous sommes rencontrés. Sans être capable de s’en souvenir, bien sûr.

Wissame

Puisque, « sharing is caring » :

Wissame
Wissame

Wissame Cherfi est un producteur, réalisateur, podcasteur et auteur avec une expertise de + 10 ans dans le domaine de la production audiovisuelle. Dix années qu'il met à profit désormais en tant que Consultant Créatif Freelance en aidant ses clients sur tout types de projets créatifs. « La musique qui vient de mon cœur » (2022) est son premier livre.

Publications: 76