Aimer les gens. Utiliser les choses.

Partagez l'article sur :
Temps de lecture — 3 minutes.

 

— Lire l’article en version originale. —

Il existe une idée préconçue sur les personnes qui, comme moi, déclarent ne ressentir aucun attachement aux choses. Certains pensent que, en étant détachés du monde matériel, ils sont également détachés des autres êtres humains. Ils pensent que cela les conduit à vivre des relations superficielles avec les autres. Qu’ils ne se soucient uniquement de leur propre existence et aucunement de celle des autres. J’ai croisé le chemin de nombreuses personnes qui m’ont fait part de cette pensée. Comme si l’amour et l’attachement que l’on ressent pour les choses reflétaient l’amour que l’on éprouve pour les autres. C’est absurde. En réalité, c’est tout le contraire. En se détachant du monde matériel au sens large, on se rapproche des gens. Comme si le brouillard dans lequel nous avions vécu pendant des années disparaissait soudainement et révélait un monde extraordinaire. Depuis que j’ai adopté un mode de consommation plus minimaliste et plus durable, j’ai dissipé la brume de mes relations interpersonnelles. Elles sont plus intenses, plus franches et plus épanouissantes.

 

Au lieu de choisir des objets inertes, symboles du monde matériel, je choisis les personnes. C’est un choix conscient que j’ai fait il y a environ dix ans, lorsque j’étais au chômage pour la première fois de ma vie. Ce choix est venu d’une nécessité de se débarrasser d’objets pour gagner quelques sous supplémentaires en plus de mon allocation chômage. Ce faisant, j’ai fait l’expérience du minimalisme avant même de savoir que cela existait. Plus important encore, j’ai éprouvé pour la première fois le sentiment d’une réelle plénitude. Ma vie était remplie de choses, mais vide à bien des égards. À ce moment-là, j’avais très peu de choses, mais je me sentais complet, presque reconnecté à mon véritable moi. Ce sentiment m’a frappé en plein visage un jour, quelques minutes à peine après avoir vendu la plupart des objets qui prenaient la poussière dans mon appartement. Je me souviens m’être assise sur mon canapé, avoir regardé mon petit studio vide à Dublin et m’être sentie « plus léger ». Comme si ces choses me pesaient sur la conscience plus qu’elles n’auraient dû, parce que je leur accordais trop d’importance. J’avais peur de les perdre. Mais ce qui a vraiment disparu ce jour-là, ce ne sont pas que les objets physiques, mais surtout l’attachement émotionnel que j’avais pour ces objets.

 

À l’époque, je ne savais pas réellement ce qui m’arrivait. Comme je l’ai déjà dit, je ne savais pas ce qu’était le mouvement minimaliste. J’ai simplement fait ce qui me semblait nécessaire sur le moment pour réaliser plus tard qu’en réalité, j’avais fait ce qui était naturel : me détacher des choses matérielles me permet d’embrasser des expériences plus significatives.

 

Depuis lors, je fais des choix conscients avant d’acheter des choses. Cela fonctionne la plupart du temps. Mais certains autres jours, j’ai l’envie d’acheter des choses pour faire face à une émotion que je ressens. C’est ce qu’on appelle « l’achat émotionnel » et cette pulsion se réveille lorsque je considère un achat pour mon fils de quatre ans. Pendant que j’écris ces lignes, il est debout à côté de mon bureau, jouant avec des jeux de construction Clics qu’il a façonnés en perroquets « imaginaires ». En regardant son aire de jeu dans le salon, je vois que les jouets n’ont pas été utilisés depuis des mois. Il a ses préférés. Plus important encore, il utilise les choses. Il ne parait pas être attaché à la grande majorité des jouets qu’il possède. En fait, il adore prendre des jouets et leur donner une toute nouvelle signification, qui a du sens pour lui.

 

Le minimalisme – ou le concept de vivre avec moins de choses matérielles – est probablement bien plus qu’une tendance. C’est un état naturel pour les humains, une sorte de reconnexion avec qui nous sommes vraiment. C’est ce que j’ai ressenti lorsque j’ai vendu tous les objets dont je n’avais pas besoin dans mon petit studio de Dublin. Avec moins de choses autour de moi, je me sens mieux. Vivre avec moins (de choses) ne signifie pas que vous vous privez de quelque chose. C’est plutôt le contraire. Aimez les gens, utilisez les choses : car l’inverse ne marche jamais, comme aiment à le dire The Minimalists Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus.

 

Wissame

 

Puisque, « sharing is caring » :

Wissame
Wissame

Wissame Cherfi est un producteur, réalisateur, podcasteur et auteur avec une expertise de + 10 ans dans le domaine de la production audiovisuelle. Dix années qu'il met à profit désormais en tant que Consultant Créatif Freelance en aidant ses clients sur tout types de projets créatifs. « La musique qui vient de mon cœur » (2022) est son premier livre.

Publications: 71

⭐️ OFFRE SPÉCIALE ⭐️ — Pour la sortie de mon livre, téléchargez gratuitement les deux premiers chapitres.

X